PatentDe  


Dokumentenidentifikation EP0368773 08.10.1992
EP-Veröffentlichungsnummer 0368773
Titel Rüttelvorrichtung für Erntemaschine für Beeren.
Anmelder Ligones, Hubert, Pont Saint Esprit, FR
Erfinder Ligones, Hubert, Pont Saint Esprit, FR
Vertreter derzeit kein Vertreter bestellt
DE-Aktenzeichen 68902728
Vertragsstaaten AT, DE, ES, FR, IT
Sprache des Dokument Fr
EP-Anmeldetag 08.11.1989
EP-Aktenzeichen 894204320
EP-Offenlegungsdatum 16.05.1990
EP date of grant 02.09.1992
Veröffentlichungstag im Patentblatt 08.10.1992
IPC-Hauptklasse A01D 46/28

Beschreibung[fr]

La présente invention concerne le domaine de la récolte mécanique de baies à partir d'arbustes fruitiers et elle vise, plus spécialement, le domaine de la machine à vendanger.

Une machine à récolter mécaniquement les baies se compose d'un châssis ou d'un bâti apte à enjamber une ligne de plants, le long de laquelle une telle machine est entraînée en progression continue, soit par ses propres moyens de motorisation, soit en étant attelée à un tracteur.

Une telle machine comporte une tête de récolte qui est constituée par deux supports s'étendant verticalement et liés à un mécanisme d'entraînement en rotations angulaires partielles alternées sur leurs axes. Les supports d'entraînement portent des entraîneurs, généralement de directions convergentes vers la partie postérieure de la machine en considération du sens de progression. De tels entraîneurs sont chargés de transmettre des vibrations transversales à la végétation portant les baies.

Des moyens de collecte des baies détachées sont, en outre, prévus sur la machine pour récolter de telles baies. De tels moyens comprennent des convoyeurs de reprise déplacés parallèlement à la direction de cheminement et des élévateurs chargés de transporter la récolte dans des bennes de stockage.

Les machines du type ci-dessus donnent, généralement, plus ou moins satisfaction, selon leur conception. Les machines les plus performantes sont celles faisant intervenir des entraîneurs constitués par des bras déformables élastiquement selon une direction transversale au plan de symétrie longitudinal et vertical de la machine.

L'expérience de mise en oeuvre de telles machines incite les utilisateurs à considérer qu'il serait avantageux de pouvoir les faire cheminer plus rapidement, afin d'assurer une récolte mécanique dans un temps le plus faible possible. Cet avantage est particulièrement important pour ce qui concerne les machines à vendanger, car il permet, notamment, de réaliser la récolte dans les meilleures conditions climatiques possibles desquelles dépendent la qualité des baies détachées et la qualité du vin produit.

On a constaté que l'accélération de la vitesse de progression de la machine n'était pas un facteur essentiel pour réaliser effectivement une récolte mécanique plus rapide. Il faut, en effet, tenir compte du nombre de courses alternatives susceptibles d'être conférées aux entraîneurs de la tête de récolte pour obtenir und détachement convenable des baies sans meurtrir, blesser ou détériorer les arbustes.

Un autre facteur à prendre en considération est aussi celui de prélèvement de la récolte par les convoyeurs et les élévateurs, afin d'éviter un engorgement de la machine.

Pour ce qui concerne ce second facteur, des propositions ont été faites pour améliorer la capacité de prélèvement. Une des solutions préconsiées consiste à supprimer les convoyeurs à godets et à les remplacer par des bacs ou augets montés sur des transporteurs sans fin, présentant une longueur sensiblement égale à celle de la machine et entraînés en déplacement parallèlement au plan de symétrie antéropostérieur de la machine. Par cette méthode, les bacs prélèvent à la volée les baies détachées sur toute la longueur utile de la tête de récolte et ramassent, en partie basse, sur toute la longueur utile du plan de récolte, les baies qui n'ont pas été prélevées à la volée. Une telle proposition est, notamment, illustrée par le brevet GB 2 013 465.

De tels moyens permettent d'accroître la capacité de prélèvement et devraient autoriser un avancement plus rapide d'une telle machine, dans la mesure où la tête de récolte serait capable de transmettre les vibrations transversales nécessaires sans risque de détérioration, de bris ou de meurtrissures.

Les expériences qui ont été tentées ont permis de constater qu'il n'était pas possible de modifier, de façon significative, la fréquence d'oscillation transversale des entraîneurs, c'est-à-dire le nombre de sollicitations à l'unité de temps qu'ils sont à même de transmettre à la végétation pour la secouer et provoquer le détachement des baies.

En réalité donc, un accroissement ou une accélération de la vitesse de progression de la machine ne peut être envisagée que par l'adoption d'une nouvelle tête de récolte.

C'est justement l'objet de l'invention de proposer un nouveau dispositif de secouage pour machine du type ci-dessus, dispositif conçu de manière à posséder une efficacité de secouage nettement améliorée par rapport aux dispositifs actuellement connus, afin de rendre possible une augmentation de la vitesse de progression de la machine.

Un autre objet de l'invention est de proposer un dispositif de secouage aisément adaptable sur toutes les machines à vendanger comportant une tête de secouage agissant sur la végétation en ligne par application de vibrations transversales.

Un autre objet de l'invention est de proposer un dispositif de secouage se caractérisant par l'existence d'outils de secouage, de faible masse, peu coûteux et facilement interchangeables en cas d'usure ou de détérioration.

Pour atteindre les objectifs ci-dessus, le dispositif de secouage selon l'invention est caractérisé en ce que chaque entraîneur est constitué par un outil longiligne, déformable élastiquement, porté, pour s'étendre sensiblement parallèlement au plan de symétrie vertical longitudinal de la tête, par un système articulé, de type parallélogramme déformable, comportant au moins deux bras flexibles adaptés sur au moins deux supports dont l'un au moins est moteur.

Diverses autres caractéristiques ressortent de la description faite ci-dessous en référence aux dessins annexés qui montrent, à titre d'exemples non limitatifs, des formes de réalisation de l'objet de l'invention.

  • La fig. 1 est une vue en plan schématique illustrant le domaine technique de l'invention.
  • La fig. 2 est une perspective schématique partielle de l'objet de l'invention.
  • La fig. 3 est une vue en plan d'une forme de réalisation de l'objet de l'invention.
  • La fig. 4 est une vue en plan partielle d'un détail de réalisation.
  • La fig. 5 est une vue en plan, analogue à la fig. 1 et montrant une caractéristique de fonctionnement.
  • La fig. 6 est une vue en plan illustrant une variante de réalisation.
  • La fig. 7 est une vue en plan d'une variante de réalisation de l'un des moyens de l'invention.
  • La fig. 8 est une vue en plan partielle d'un détail de réalisation.
  • La fig. 9 est une coupe transversale prise, à plus grande échelle, selon la ligne IX-IX de la fig. 8.
  • La fig. 10 est une vue en plan partielle d'une variante de montage par rapport à la fig. 8.
  • La fig. 11 est une coupe transversale prise, à plus grande échelle, selon la ligne XI-XI de la fig. 10.

La fig. 1 montre une machine 1, du type à vendanger des plants de vigne 2 disposés en ligne L. Il doit être considéré qu'une machine, telle que 1, peut être conçue et réalisée de façon analogue pour assurer la récolte mécanique de baies autres que des raisins, portées par des arbustes également plantés en lignes. Tel est le cas des groseillers, des cassissiers.

Une machine, telle que 1, du type tracté ou automotrice, possède un châssis 3 porté par des roues 4 autorisant un déplacement de la machine parallèlement à une ligne L de plants qu'elle chevauche ou enjambe. Le châssis 3 porte une tête 5 de récolte, généralement constituée par des supports d'entraînement 6 s'étendant sensiblement verticalement en étant reliés à un mécanisme 7 d'entraînement en rotations partielles alternatives sur leurs axes. Un tel mécanisme est, par exemple, constitué par un arbre 8 mû en rotation par tout moteur et porté par des paliers 9. L'arbre 8 est associé à un ou deux excentriques opposés 10 commandant deux bielles 11 attelées à des manivelles 12 solidaires des supports 6. Généralement, les supports 6 sont au nombre de deux, s'étendent de part et d'autre du plan de symétrie vertical longitudinal P-P&min; de la tête 5 et portent au moins une et, de préférence, plusieurs séries d'entraîneurs 13 qui sont disposés dans chaque paire en vis-à-vis dans le même plan horizontal ou non, de part et d'autre du plan P-P&min;, pour être déplacés, simultanément, dans le sens des flèches f&sub1; et f&sub2;, alternativement, c'est-à-dire perpendiculairement au plan P-P&min;, de manière à soumettre la végétation ou les arbustes 2 à des vibrations transversales générant la chute des baies qu'ils portent.

Selon l'invention, chaque entraîneur 13 est constitué par un outil longiligne 14 déformable élastiquement, constitué sous la forme d'un baton flexible réalisé, par exemple, en une matière plastique appropriée, composite ou non, telle qu'en polyamide, en fibre de verre, en carbone.

L'outil 14 est prévu pour s'étendre sensiblement parallèlement au plan P-P&min; et, à cette fin, se trouve porté par un système articulé 15 de type parallélogramme déformable. Dans une forme de réalisation simplifiée, telle qu'illustrée par les fig. 2 et 3, le système articulé 15 comprend un premier bras 16, dit antérieur par rapport au sens de progression ou d'avancement de la machine, tel que figuré par la flèche f&sub3;. Le bras antérieur 16 est ancré, par sa partie terminale antérieure par un encastrement 17, sur le support correspondant 6. L'encastrement 17 est de type connu et comporte, par exemple, un renfort extérieur 18 situé pour s'étendre à l'opposé du plan P-P&min; par rapport au bras 16 en présentant une plus grande longueur que la partie intérieure 17a de l'encastrement. Le renfort 18 peut, par exemple, être constitué par une pièce présentant une divergence par rapport au bras. Un tel renfort doit être considéré comme faisant partie de la technique antérieure connue et, à cette fin, il peut être fait référence au brevet FR 2 436 553 (78-27 147). Une variante de réalisation assumant la même fonction consiste à réaliser l'encastrement 17 au moyen d'un tube dont la partie terminale est coupée en sifflet ou en biseau comme illustré par la fig. 3, de manière à posséder une longueur extérieure par rapport au plan PP&min; supérieure à celle intérieure pour constituer le renfort 18.

La liaison, entre la bras 16 et le tube dans lequel la partie terminale antérieure du bras 16 est engagée par encastrement est assurée, par tout moyen approprié, notamment par une goupille, un boulon ou une clavette ou une vis de pression 20 autorisant un réglage de la longueur d'un côté du parallélogramme permettant d'obtenir un bon parallélisme des outils au moment du montage sur la tête de récolte.

Le bras 16 est, de préférence, constitué par un élément flexible en une même matière que le bâton 14 auquel il est relié par un moyen de liaison déformable 19. Dans la forme de réalisation, illustrée à la fig. 3, le moyen 19 est constitué par une zone précambrée reliant le bras 16 au bâton 14 qui en constitue le prolongement intégral. Dans un tel cas, le bras 16 et le bâton 14 sont constitués à partir d'un seul élément longiligne qui est cambré dans la zone 19.

Le système articulé 15 comprend, par ailleurs, un second bras 21, de même longueur que le bras 16 et réalisé, comme ce dernier, en une même matière capable de lui conférer une faculté de flexibilité et de déformation élastique. Le bras 21, dit postérieur, est adapté par un encastrement 22 sur un support 23 monté sur le châssis de la machine, de manière à pouvoir tourner sur son axe longitudinal, à la manière du support 6. Le bras postérieur 21 est lié, par sa partie terminale libre, à l'outil 14 par un moyen de liaison 24, par exemple constitué par une articulation élastique située, dans tous les cas, en arrière de la partie terminale de l'outil 14 qui reste libre.

La fig. 4 montre, à plus grande échelle, que la liaison élastique 24 est, par exemple, formée par un manchon 25 adapté sur le bâton 14 de toute façon appropriée, notamment par deux parties terminales 26 serties. Le manchon 25 porte, à sa périphérique, un gousset 27 renforçant une plaque 28 qui est traversée par une tige filetée 29 prolongeant la partie terminale extrême du bras 21. La liaison, entre la tige filetée 29 et la plaque 28, est assurée par interposition de deux garnitures 30 déformables élastiquement, constituant des amortisseurs précontraints entre des rondelles de butée 31 dont l'une au moins est à position réglable, notamment par l'intermédiaire d'un écrou ou analogue 32.

Dans le cas de réalisation selon la fig. 2, le moyen de liaison déformable 24 est disposé pour être situé sensiblement au centre de gravité de l'outil 14.

La fig. 3 montre que le dispositif de secouage selon l'invention est constitué de manière que les entraîneurs possèdent des bras 16 inclinés de façon convergente vers le plan P-P&min; et en direction de la partie postérieure de la machine. Les bras 16 délimitent ainsi entre eux une zone Z&sub1; analogue à un couloir d'engagement, aboutissant à une zone de secouage Z&sub2; délimitée sous la forme d'un couloir à bords sensiblement parallèles par les outils 14.

Ainsi que cela ressort de la comparaison des fig. 2 et 3, le dispositif de secouage selon l'invention se caractérise par la possibilité de mettre en oeuvre des outils de secouage 14 de grande longueur qui sont maintenus par les bras postérieurs 21, de manière à éviter tout effet de fouet préjudiciable à la végétation lors du secouage ou du battement simultané dans le sens des flèches f&sub1; et f&sub2;.

Les systèmes articulés 15 offrent la particularité avantageuse de maintenir les outils 14 sensiblement parallèles entre eux et de part et d'autre du plan P-P&min; au cours de leurs déplacements relatifs simultanés, comme cela appraît à la fig. 5. En raison de la grande longueur utile des outils 14, il devient ainsi possible d'accroître notablement le nombre de vibrations transversales transmises à l'unité de distance à la végétation 2 et, par conséquent, d'améliorer l'efficacité de secouage et de faire progresser plus rapidement la machine dans le sens de la flèche f&sub1;.

Il convient de noter que la mise en oeuvre de bâtons 14 flexibles confère à l'outil une certaine adaptation aux variations de densité ou d'épaisseur de la ligne de plan L. Une telle adaptation est, également, rendue possible par le caractère flexible des bras 16 et 21 qui sont, notamment, chargés de transmettre les oscillations aux parties terminales des outils 14, sans qu'il en résulte d'effet de fouet de la partie terminale de ces derniers.

La fig. 3 montre que les extrémités 14a des outils 14 peuvent être infléchies dans le plan horizontal, de façon divergente, de manière à éviter tout contact ponctuel, brutal ou contendant, susceptible d'intervenir au cours des oscillations transversales appliquées à la végétation.

La fig. 1 montre que, dans une forme de réalisation préférée, il peut être possible, à partir de la disposition selon la fig. 3, de réaliser chaque entraîneur de manière que le système articulé 15 comporte un bras antérieur 16 moteur et actif, et un bras postérieur 21 également actif. Dans un tel cas, les supports 6 et 23 sont alors reliés par une bielle d'accouplement 33.

La fig. 1 montre, également, que, dans un tel cas, les bras 21 peuvent être encastrés sur les supports 23 par des moyens d'encastrement 17, du même type que ceux décrits précédemment en relation avec les bras antérieurs 16.

La fig. 6 montre une autre forme d'exécution selon laquelle chaque entraîneur comprend un système articulé 15 se composant d'un bras antérieur 16 et de plusieurs bras postérieurs 21 qui sont, de préférence, tous rendus moteurs par l'intermédiaire de bielles d'accouplement 33. Dans un tel cas, chaque entraîneur comprend un outil 14 constitué par un bâton de structure indépendante, qui est relié aux extrémités libres des bras 16 et 21 par l'intermédiaire de moyens de liaison 24.

Dans tous les exemples de réalisation, il est prévu de disposer la liaison 24 du bras antérieur 16 à l'extrémité antérieure du bâton 14 et la liaison 24 du dernier bras postérieur à une distance d de l'extrémité arrière dudit bras, sensiblement égale à la moitié de la mesure d'écartement entre deux liaisons 24. De cette manière, le bâton 14 est convenablement maintenu, tout en offrant une possibilité de déformation élastique relative, de manière à posséder une efficacité de secouage sur toute sa longueur, sans que sa partie terminale ne soit soumise à un effet de fouet.

La fig. 6 illustre une possibilité qui n'est donnée qu'à titre limitatif. Il doit être entendu que, selon le type de machine, notamment à vendanger, il est possible de réaliser un entraîneur dont le système articulé 15, de type parallélogramme déformable, est composé de plus de trois bras 16 et 21.

La fig. 7 montre une variante de réalisation selon laquelle la liaison 24 entre un outil 14 et un bras postérieur 21 est assurée en conformant la partie terminale 21a dudit bras, de manière qu'il soit amené à jouxter l'outil 14 sur lequel il est assujetti par des boulons traversants 35 noyés dans la partie du bras faisant face au plan P-P&min;.

La liaison peut faire intervenir un simple contact de surface comme illustré par la fig. 7 ou, de préférence, un emboîtement relatif, comme cela ressort des fig. 8 et 9. Selon cette variante, la partie terminale 21a est usinée pour comporter une empreinte négative 36 de section transversale concave selon un rayon égal à celui présenté localement par l'outil 14. Cette disposition permet un enveloppement relatif de l'outil 14 et limite la possibilité d'engagement et de coincement de végétaux dans l'angle rentrant 37 délimité par l'outil 14 et le bras 21 en amont de la liaison 24.

Les fig. 10 et 11 montrent une réalisation différente de la liaison 24, en vue d'obtenir le même résultat. Selon cette réalisation, l'outil 14 et la partie terminale 21a sont assemblés avec interposition d'une entretoise 38 également traversée par les boulons et présentant sur deux de ses faces opposées deux empreintes 36 pour l'emboîtement partiel de l'outil 14 et de la partie terminale 21a.

L'invention n'est pas limitée aux exemples décrits et représentés, car diverses modifications peuvent y être apportées sans sortir de son cadre.


Anspruch[fr]
  • 1 - Dispositif de secouage pour machine à récolter les baies, du type comprenant au moins une série d'entraîneurs (13) à partie terminale postérieure libre situés sensiblement horizontalement, de part et d'autre d'un plan médian vertical et longitudinal (P-P&min;) d'une tête de récolte (5) portée par une machine (1) et montés sur deux supports d'entraînement (6) sensiblement verticaux liés à un mécanisme (7) d'entraînement simultané en rotations angulaires partielles sur leurs axes, alternées, de manière à générer, par les entraîneurs, des vibrations transversales transmises à la végétation (2) portant les baies,

    caractérisé en ce que chaque entraîneur (13) est constitué par un outil longiligne (14) déformable élastiquement, porté, pour s'étendre sensiblement parallèlement au plan (P-P&min;), par un système articulé (15), de type parallélogramme déformable, comportant au moins deux bras flexibles (16, 21) adaptés sur au moins deux supports (6, 23) dont l'un au moins est moteur.
  • 2 - Dispositif de secouage selon la revendication 1, caractérisé en ce que le système articulé (15) se compose de plusieurs bras adaptés sur autant de supports qui sont liés entre eux par des bielles d'accouplement (33).
  • 3 - Dispositif de secouage selon la revendication 1 ou 2, caractérisé en ce que le système articulé (15) comprend au moins deux bras montés rigidement par une extrémité en encastrement sur un support et liés par l'autre extrémité à l'outil longiligne par un moyen de liaison (24).
  • 4 - Dispositif de secouage selon la revendication 3, caractérisé en ce que le moyen de liaison (24) est constitué, pour le bras antérieur par rapport au sens d'avancement, par une zone (19) précambrée, déformable élastiquement, reliant ledit bras à l'outil qui en constitue le prolongement et, pour le ou les bras suivants (21), par une liaison élastique (24) dont celle correspondant au dernier bras postérieur est située à distance de la partie terminale libre de l'outil.
  • 5 - Dispositif de secouage selon la revendication 3, caractérisé en ce que le système articulé (15) est constitué par au moins deux bras liés, par des moyens de liaison déformable constitués par des articulations élastiques, à un outil longiligne formé par un bâton flexible.
  • 6 - Dispositif de secouage selon la revendication 4 ou 5, caractérisé en ce que chaque liaison (24) comporte des moyens d'amortissement élastique (30).
  • 7 - Dispositif de secouage selon la revendication 1, 2, 3 ou 5, caractérisé en ce qu'il comprend, pour chaque paire d'entraîneurs, deux systèmes articulés dont les bras antérieurs par rapport au sens d'avancement sont convergents en direction du plan (P-P&min;) et vers la partie postérieure de la tête pour délimiter un couloir ou une zone (Z&sub1;) d'engagement relatif et de centrage de la végétation, ledit couloir aboutissant à une zone (Z&sub2;) de secouage de largeur sensiblement constante délimitée par les outils (14).
  • 8 - Dispositif de secouage selon la revendication 4, caractérisé en ce que la liaison (24) du dernier bras postérieur (21) est située à une distance (d) de l'extrémité arrière de l'outil (14) sensiblement égale à la moitié de l'écartement entre deux liaisons (19, 24) entre l'outil et deux bras (16, 21) successifs.
  • 9 - Dispositif de secouage selon l'une des revendications 1 à 8, caractérisé en ce que le système articulé comprend un bras antérieur et un bras postérieur dont l'extrémité libre est liée à l'outil par un moyen de liaison déformable situé sensiblement au centre de gravité de l'outil.
  • 10 - Dispositif de secouage selon l'une des revendications 3, 4, 6, 8, caractérisé en ce que la liaison (24) est formée par liaison par boulons traversants noyés (35) entre l'outil (14) et la partie terminale (21a) du bras (21).
  • 11 - Dispositif de secouage selon la revendication 10, caractérisé en ce que la partie terminale (21a) présente une empreinte (36) d'emboîtement partiel de l'outil.
  • 12 - Dispositif de secouage selon la revendication 10, caractérisé en ce que la liaison (24) fait intervenir entre les outils (14) et la partie terminale (21a) une entretoise (38) présentant, sur deux faces opposées, deux empreintes (36) d'emboîtement partiel de l'outil et de la partie terminale (21a).






IPC
A Täglicher Lebensbedarf
B Arbeitsverfahren; Transportieren
C Chemie; Hüttenwesen
D Textilien; Papier
E Bauwesen; Erdbohren; Bergbau
F Maschinenbau; Beleuchtung; Heizung; Waffen; Sprengen
G Physik
H Elektrotechnik

Anmelder
Datum

Patentrecherche

Patent Zeichnungen (PDF)

Copyright © 2008 Patent-De Alle Rechte vorbehalten. eMail: info@patent-de.com