PatentDe  


Dokumentenidentifikation EP0737478 05.07.2001
EP-Veröffentlichungsnummer 0737478
Titel Verwendung von Erdalkalimetalsalzen in Mitteln zur Behandlung van Augen- oder Augenlidschmerzen oder Dysesthesien
Anmelder L'Oréal S.A., Paris, FR
Erfinder de Lacharriere, Olivier, F-75015 Paris, FR;
Breton, Lionel, F-78000 Versailles, FR
Vertreter Beetz & Partner, 80538 München
DE-Aktenzeichen 69613041
Vertragsstaaten DE, ES, FR, GB, IT
Sprache des Dokument FR
EP-Anmeldetag 11.03.1996
EP-Aktenzeichen 964005029
EP-Offenlegungsdatum 16.10.1996
EP date of grant 30.05.2001
Veröffentlichungstag im Patentblatt 05.07.2001
IPC-Hauptklasse A61K 33/22
IPC-Nebenklasse A61K 33/14   A61K 33/06   A61K 33/00   A61K 31/19   

Beschreibung[fr]

La présente invention se rapporte à l'utilisation de sel de métaux alcalino-terreux pour la préparation d'une composition pharmaceutique pour traiter notamment par voie topique les prurits oculaires et/ou palpébraux et/ou les dysesthésies oculaires et/ou palpébrales. Elle se rapporte aussi à l'utilisation de sel de métaux alcalino-terreux dans une composition cosmétique destinée au soin ou au maquillage des yeux ou des paupières ainsi qu'à un procédé de soin et/ou de maquillage des yeux sensibles.

Certains patients présentent très fréquemment sans qu'on n'en connaisse toujours la cause précise des sensations de démangeaisons ou prurit et des sensations dysesthésiques au niveau des yeux et des paupières. Il peut s'agir également de prurits ou sensations dysesthésies d'origine allergique.

Par sensations dysesthésiques, on entend des sensations de brûlures ou d'échauffement, de picotements, de fourmillements, d'inconforts et de tiraillements. Ces sensations peuvent s'associer à des rougeurs.

L'ensemble de ces signes ophtalmiques peuvent en outre s'associer à une rosacée et éventuelllement à une conjonctivite.

Parmi les facteurs déclenchants les crises prurigineuses ou dysesthésiques ophtalmiques ou palpébrales, on peut citer les variations de température rapide, la chaleur et notamment l'exposition aux ultraviolets ou aux infrarouges, l'humidité relative basse, l'exposition aux vents violents ou aux courants d'air (soufflerie, air conditionné), l'application de tensioactifs (shampoing), l'exposition à des vapeurs toxiques ou irritantes (solvants) ou à des poussières, les gouttes ou topiques ophtalmologiques irritants, les topiques palpébraux dermatologiques ou cosmétiques irritants (alpha-hydroxy-acides, rétinoïdes), ou l'utilisation de certains cosmétiques même lorsque ceux-ci ne sont pas connus comme particulièrement irritants. Comme autres facteurs déclenchants les crises prurigineuses ou dysesthésiques oculaires ou palpébrales, il faut, en outre, inclure les allergènes comme notamment le pollen, les poils d'animaux, les acariens, les moisissures.

Jusqu'alors, le mécanisme pathologique de ces signes était très mal connu et les dysesthésies oculaires et/ou palpébrales étaient traitées par des corticoïdes et également des antiseptiques locaux en pommade ophtalmique ou en gouttes.

Les corticoïdes sont relativement efficaces pour calmer les symptômes ci-dessus, mais malheureusement, ils présentent des effets secondaires souvent très pénalisants comme des atrophies. De plus, ils sensibilisent aux infections mycosiques ou bactériennes et leur cinétique d'action est souvent lente (plusieurs minutes à quelques heures). Par ailleurs, leur utilisation chronique peut conduire à une pharmacodépendance. En outre, leur action n'est pas immédiate et les sensations dysesthésiques subsistent pendant plusieurs minutes.

Il subsiste donc le besoin d'un traitement à effet immédiat des prurits et des dysesthésies oculaires et palpébraux ne présentant pas les inconvénients ci-dessus.

La présente invention a justement pour objet l'utilisation d'un ou plusieurs sels de métaux alcalino-terreux pour traiter ces affections.

La demanderesse a constaté que les dysesthésies oculaires et/ou palpébrales étaient liées à la stimulation des fibres nerveuses et au relargage par les terminaisons nerveuses sensitives de neuropeptides tels que par exemple la substance P et le CGRP (peptide dérivé du gène de la calcitonine : Calcitonin Gene Related Peptide en terminologie anglosaxonne) ainsi que des médiateurs pro-inflammatoires libérés par suite de la fixation de certains neuropeptides (substance P notamment) sur les récepteurs mastocytaires. Ces médiateurs pro-inflammatoires sont plus spécialement l'histamine, l'héparine, la sérotonine, l'interleukine 1 (IL1), l'interleukine 6 (IL6), l'interleukine 8 (IL8) et le Tumor Necrosis Factor alpha (TNF-alpha). Un recrutement des globules blancs neutrophiles par certains neuropeptides (CGRP notamment) est également impliqué dans le processus inflammatoire.

Personne n'avait envisagé jusqu'à ce jour d'utiliser les sels de métaux alcalino-terreux pour traiter les prurits et/ou les dysesthésies oculaires ou palpébrales.

Aussi, la présente invention a pour objet l'utilisation d'au moins un sel d'au moins un métal alcalino-terreux pour la préparation d'une composition pharmaceutique ou dermatologique pour traiter les prurits oculaires ou palpébraux et/ou les dysesthésies oculaires ou palpébrales.

L'application de compositions contenant un ou plusieurs sels d'un ou plusieurs métaux alcalino-terreux sur les yeux ou les paupières permet d'obtenir une nette diminution voire une disparition complète des sensations dysesthésiques et prurits oculaires ; on constate très rapidement, et en tout état de cause beaucoup plus rapidement qu'avec les corticoïdes, un effet calmant et apaisant, préventif et curatif sur les yeux et les paupières. En outre, on ne note aucune pharmacodépendance.

Grâce à ces sels de métaux alcalino-terreux, il en outre possible de concevoir des compositions cosmétiques pour yeux sensibles et en particulier des lotions démaquillantes ou de nettoyage des yeux, des produits de maquillage pour yeux sensibles et notamment des fards à paupières, des mascaras, des crayons ou des eye-liners pour yeux sensibles.

Aussi, l'invention à encore pour objet l'utilisation d'au moins un sel d'au moins un métal alcalino-terreux dans une composition cosmétique contenant un milieu cosmétiquement acceptable, destinée aux yeux sensibles.

L'invention a encore pour objet un procédé de soin ou de maquillage des yeux sensibles et un procédé de traitement des yeux sensibles, consistant à appliquer sur les paupières, les cils ou sous les yeux sensibles une composition contenant au moins un sel d'au moins un métal alcalino-terreux dans un milieu cosmétiquement ou pharmaceutiquement acceptable.

L'invention a encore pour objet une composition cosmétique, pharmaceutique ou dermatologique pour yeux sensibles contenant, dans un milieu cosmétiquement, pharmaceutiquement ou dermatologiquement acceptable, au moins un métal alcalino-terreux et au moins un antagoniste de neuropeptide et/ou au moins un antagoniste de médiateur de l'inflammation.

La composition de l'invention contient un milieu cosmétiquement, pharmaceutiquement ou dermatologiquement acceptable, c'est-à-dire un milieu compatible avec la peau, et les yeux. La composition contenant le ou les sels de métal ou métaux alcalino-terreux est appliquée notamment par voie topique.

Comme sels de métaux alcalino-terreux utilisables dans l'invention, on peut citer les sels de baryum, de calcium, de magnésium, de strontium et/ou de béryllium. Ces sels peuvent être par exemple des carbonates, des bicarbonates, des sulfates, des glycérophosphates, des borates, des chlorures, des nitrates, des acétates, des hydroxydes, des persulfates ainsi que des sels d'α-hydroxyacides (citrates, tartrates, lactates, malates) ou d'acides de fruits, ou encore des sels d'acides aminés (aspartate, arginate, glycocholate, fumarate) ou des sels d'acides gras (palmitate, oléate, caséinate, béhénate). Par exemple, le sel est choisi parmi le nitrate de calcium ou de magnésium, le borate de calcium ou de magnésium, le chlorure de calcium ou de magnésium, le sulfate de calcium ou de magnésium et l'acétate de calcium ou de magnésium. Avantageusement, le sel est un sel de magnésium ou mieux de strontium et en particulier un chlorure ou un nitrate.

La demanderesse a trouvé de façon surprenante que l'aptitude des sels d'alcalino-terreux à traiter les yeux sensibles était dûe notamment au fait que ces sels étaient des inhibiteurs de la libération de TNF-alpha, voire même des inhibiteurs de la libération de neuropeptides comme le CGRP et la substance P.

Dans les compositions selon l'invention, les sels de métaux alcalino-terreux est utilisé de préférence en une quantité allant de 0,01 à 20 % du poids total de la composition, et en particulier en une quantité allant de 0,1 à 15 % du poids total de la composition et mieux de 0,5 % à 8 %.

Les compositions selon l'invention peuvent se présenter sous toutes les formes galéniques normalement utilisées pour une application topique ; la composition peut se présenter notamment sous forme de solutions aqueuses, hydroalcooliques ou huileuses, ou de dispersions du type lotion ou sérum, d'émulsions de consistance liquide ou semi-liquide du type lait, obtenues par dispersion d'une phase grasse dans une phase aqueuse (H/E) ou inversement (E/H), ou de suspensions ou émulsions de consistance molle, semi-solide ou solide du type crème ou gel aqueux ou anhydre, de microémulsions, de microcapsules, de microparticules, de dispersions vésiculaires de type ionique et/ou non ionique, de poudres compactées ou coulées. Ces compositions sont préparées selon les méthodes usuelles. Elles sont essentiellement destinées à une application topique.

Pour une application topique à visée thérapeutique, les compositions se présentent notamment sous forme de gel, crème, pommade pour le traitement des prurits et/ou dysesthésies palpébraux et sous forme de collyre ou de solution de lavage oculaire pour le traitement des prurits et/ou dysesthésies oculaires.

Pour une application cosmétique, les compositions peuvent notamment être constituées de crèmes de soin ou de protection pour yeux sensibles, de laits ou lotions de nettoyage ou de démaquillage des yeux sensibles, de produits de maquillage des yeux notamment sensibles comme des crayons, des mascaras, des eye-liners, des fards à paupières.

Les quantités des différents constituants des compositions selon l'invention sont celles classiquement utilisées dans les domaines considérés.

Lorsque la composition de l'invention est une émulsion, la proportion de la phase grasse peut aller de 5 % à 80 % en poids, et de préférence de 5 % à 50 % en poids par rapport au poids total de la composition. Les huiles, les émulsionnants et les coémulsionnants utilisés dans la composition sous forme d'émulsion sont choisis parmi ceux classiquement utilisés dans les domaines cosmétique et dermatologique. L'émulsionnant et le coémulsionnant sont présents, dans la composition, en une proportion allant de 0,3 % à 30 % en poids, et de préférence de 0,5 à 20 % en poids par rapport au poids total de la composition. L'émulsion peut, en outre, contenir des vésicules lipidiques.

Lorsque la composition est une solution ou un gel huileux, la quantité d'huile peut aller jusqu'à plus de 90 % en poids du poids total de la composition.

De façon connue, la composition de l'invention peut contenir également des adjuvants habituels dans les domaines considérés, tels que les gélifiants hydrophiles ou lipophiles, les actifs hydrophiles ou lipophiles, les conservateurs, les antioxydants, les solvants, les parfums, les charges, les filtres solaires, les absorbeurs d'odeur, des pigments et les matières colorantes. Les quantités de ces différents adjuvants sont celles classiquement utilisées dans les domaines considérés, et par exemple de 0,01 % à 10 % du poids total de la composition. Ces adjuvants, selon leur nature, peuvent être introduits dans la phase grasse, dans la phase aqueuse et/ou dans les sphérules lipidiques.

Comme huiles utilisables dans l'invention, on peut citer les huiles minérales (huile de vaseline), les huiles végétales (fraction liquide du beurre de karité, huile de tournesol), les huiles animales (perhydrosqualène), les huiles de synthèse (huile de Purcellin), les huiles siliconées (cyclométhicone) et les huiles fluorées (perfluoropolyéthers). On peut aussi utiliser des alcools gras, des acides gras (acide stéarique) ou encore des cires (paraffine, carnauba, cire d'abeilles).

Comme émulsionnants utilisables dans l'invention, on peut citer par exemple le stéarate de glycérol, le polysorbate 60 ou 80 et le mélange de PEG-6/PEG-32/Glycol Stéarate vendu sous la dénomination de TefoseR 63 par la société Gattefosse.

Comme gélifiants hydrophiles, on peut citer les polymères carboxyvinyliques (carbomer), les copolymères acryliques tels que les copolymères d'acrylates/alkylacrylates, les polyacrylamides, les polysaccharides tels que l'hydroxypropylcellulose, les gommes naturelles et les argiles, et, comme gélifiants lipophiles, on peut citer les argiles modifiées comme les bentones, les sels métalliques d'acides gras comme les stéarates d'aluminium, la silice hydrophobe, les polyéthylènes et l'éthylcellulose.

Comme actifs hydrophiles, on peut utiliser les protéines ou les hydrolysats de protéine, les acides aminés, les polyols, l'urée, l'allantoïne, les sucres et les dérivés de sucre, les vitamines hydrosolubles, l'amidon, les extraits bactériens ou végétaux, notamment d'Aloe Vera.

Comme actifs lipophiles, on peut utiliser le tocophérol (vitamine E) et ses dérivés, le rétinol (vitamine A) et ses dérivés, les acides gras essentiels, les céramides, les huiles essentielles.

On peut également associer les sels de métaux alcalino-terreux à des agents actifs, notamment des cicatrisants (par exemple vitamine B12), des antiseptiques (par exemple acide borique), des antiallergiques (par exemple chromoglycate de sodium), des antiviraux (par exemple acyclovir), des anesthésiques (par exemple chlorhydrate de lidocaïne et dérivés), des anti-inflammatoires non stéroïdiens (par exemple indométhacine), des antagonistes de neuropeptides (antagonistes de substance P, de CGRP), et des antagonistes d'histamine, d'interleukine (IL1 notamment) ou de TNFα (Tumor Necrosis Factor-α) ainsi qu'une petite quantité de corticoïdes, ces agents actifs étant différents des sels de métaux d'alcalino-terreux.

La demanderesse définie un antagoniste de neuropeptide ou de médiateur de l'inflammation comme toute molécule d'origine organique ou minérale capable de produire une inhibition de la fixation réceptorielle du neuropeptide ou médiateur considéré ou de produire une inhibition de la synthèse et/ou de la libération de ce neuropeptide ou médiateur par les fibres nerveuses sensitives.

Avantageusement, les antagonistes de neuropeptides sont des antagonistes réceptoriels.

De préférence le ou les antagonistes de neuropeptides sont choisis parmi les antagonistes de substance P et les antagonistes de CGRP, notamment réceptoriels.

On peut utiliser dans l'invention par exemple comme antagoniste de CGRP, le CGRP 8-37, un anticorps anti-CGRP.

A titre d'exemple, les antagonistes de neuropeptide et les antagonistes de médiateur de l'inflammation peuvent être utilisés en une quantité représentant de 0,000001 à 10 % du poids total de la composition et mieux de 0,0001 à 5 %.

Comme antagonistes de médiateur de l'inflammation utilisables dans l'invention, on peut citer les dérivés de la diéthylène diamine telle que cinnarizine, cyclizine ; les dérivés de l'aminopropane (dexchlorophéniramine, tripolidine) ; des dérivés de phénothiazine (alimémazine, prométhazine) ; l'auranofine ; la lisophyline ; l'A802715 ; la sulfasalazine ; la cétirizine HCl ; la loratidine ; l'esbatine ; la sétastine HCl.

Des tests ont mis en évidence l'activité de différents sels de strontium comme antagonistes de substance P en référence au Spantide II, connu comme antagoniste de substance P, et comparativement à un autre sel de métal alcalino-terreux, le nitrate de calcium.

Le test a consisté à déterminer l'activité des différents composés sur la libération de substance P, provoquée par stimulation antidromique du nerf sciatique. Cette libération est visualisée par coloration avec un colorant (bleu Evans). La coloration est d'autant plus forte que la quantité de substance P libérée est importante. Autrement dit, plus l'antagoniste de substance P produit un effet inhibiteur sur cette libération, plus la coloration est faible.

Les résultats sont rassemblés dans les tableaux ci-dessous : Témoin véhicule Spantide II 30 nmoles Sr(NO3)2 1 µmole SrCl2 1 µmole Ca(NO3)2 1 µmole µg/ml de bleu Evans 8,19 ± 0,83 4,35 ± 0,46 4,84 ± 0,6 5,13 ± 0,9 11,25 ± 1,77 % d'inhibition par rapport au témoin - 47 % 41 % 37 % - Statistiques - p<0,01 p<0,05 p<0,05 non significatif

Il ressort de ce tableau que les sels de strontium ont une activité importante d'inhibition de la libération de la substance P alors que le sel de calcium, à taux de concentration égale, n'a pas d'activité du tout. Témoin véhicule Spantide II 30 nmoles Sr(NO3)2 3 µmole SrCl2 1 µmole Ca(NO3)2 10 µmole µg/ml de bleu Evans 6,26 ± 1,09 3,63 ± 0,69 1,80 ± 0,68 2,71 ± 0,67 8,45 ± 1,55 % d'inhibition par rapport au témoin - 42 % 71 % 57 % - Statistiques - p<0,05 p<0,001 p<0,01 non significatif

Il ressort de ce tableau que les sels de strontium ont une activité importante d'inhibition de la libération de la substance P alors que le sel de calcium n'a pas d'activité du tout, même à un taux de concentration plus important.

Le test suivant permet de montrer que les sels d'alcalino-terreux et plus spécialement le chlorure de magnésium, de strontium ou de calcium ainsi que le nitrate de strontium sont des inhibiteurs de TNF-alpha.

Ce test est réalisé sur des monocytes humains (lignée U937) stimulés par un ester de phorbol (PMA) selon la méthode décrite par Schindler et al (Correlations and interactions in the production of interleukin-6 (IL-6), IL-1, and Tumor Necrosis Factor (TNF) in human blood mononuclear cells : IL-6 suppresses IL-1 and TNF. Blood 75 : 40-47 (1990)).

L'ester de phorbol (PMA) stimule naturellement la synthèse et/ou la sécrétion de TNF-alpha par des monocytes humains en culture.

L'activité des molécules est évaluée en fonction de leurs aptitudes à diminuer, voire à supprimer cette sécrétion de TNF-alpha.

Les cellules (monocytes) sont incubées en présence de PMA à la concentration de 10 nM pendant 48 heures à 37 °C. Les quantités de TNF-alpha sécrétées sont quantifiées par dosage immuno-enzymatique (ECA) à l'aide de kits disponibles dans le commerce.

Chaque molécule est testée à 3 concentrations différentes (10-5, 10-4, et 10-3 M) et à chaque expérimentation une molécule de référence (dexaméthasone) est étudiée à 7 concentrations comme standard interne.

Les résultats sont exprimés en pourcentage d'inhibition par rapport au témoin positif (sans molécule à tester) après soustraction du bruit de fond. Un tableau synthétique regroupe les effets inhibiteurs moyennés, obtenus avec les composés. (Les résultats sont exprimés en % d'inhibition ; ils sont la moyenne de 3 mesures)

La valeur d'IC50 (diminution de 50 % de la sécrétion, provoquée par le PMA) est calculée, pour la molécule de référence, à partir de la courbe de compétition selon un modèle de régression non linéaire. test composés 10-5 M 10-4 M 10-3 M référence IC50 sécrétion de TNF-alpha induite par le PMA SrCl27H2O 14 - 54 MgCl2 - 12 70 dexaméthasone 4x10-9M CaCl2, 7H2O 19 22 67 Sr(NO3)2 - 28 75

On constate que l'inhibition de TNF-alpha augmente avec la concentration en sel.

Les exemples suivants illustrent l'invention. Dans ces exemples, les proportions indiquées sont des pourcentages en poids.

Exemple 1 : Collyre

Chlorure de strontium 3 % Excipient : qsp 100%    Chlorure de sodium    Borate de sodium    Polysorbate 80    Acide borique    Eau

Exemple 2 : Pommade

Nitrate de magnésium 5 % Excipient : qsp 100%    Chlorure de benzalkonium    Edetate de sodium    D-mannitol    Carbomer    Soude    Eau

Exemple 3 : Solution

Borate de calcium 2 % Excipient :    Acide borique 5 %    Chlorure de sodium 0,3 %    Borate de phénylmercure 0,5 %    Eau qsp   100 %

Exemples 4 et 5: Pommades

Ces exemples se distinguent de l'exemple 2 par l'ajout de 0,1 % de sendide respectivement loratidine.

Exemple 6

Cet exemple se différencie de l'exemple 1 par l'emploi de 5% de nitrate de strontium.


Anspruch[fr]
  1. Utilisation d'au moins un sel d'au moins un métal alcalino-terreux pour la préparation d'une composition pharmaceutique ou dermatologique pour traiter les prurits oculaires ou palpébraux et/ou les dysesthésies oculaires ou palpébrales.
  2. Utilisation d'au moins un sel d'au moins un métal alcalino-terreux dans une composition cosmétique contenant un milieu cosmétiquement acceptable, destinée aux yeux sensibles.
  3. Utilisation selon la revendication 1 ou 2, caractérisée en ce que le sel de métal alcalino-terreux est choisi parmi les chlorures, carbonates, borates, nitrates, acétates, hydroxydes, sulfates, acides de fruits et acides aminés de baryum, de calcium, de magnésium, de strontium et de béryllium.
  4. Utilisation selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisée en ce que le sel de métal alcalino-terreux est choisi parmi le nitrate de calcium ou de magnésium, le borate de calcium ou de magnésium, le chlorure de calcium ou de magnésium et l'acétate de calcium ou de magnésium.
  5. Utilisation selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisée en ce que le sel de métal alcalino-terreux est choisi parmi les sels de magnésium.
  6. Utilisation selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisée en ce que le sel est choisi parmi le chlorure et le nitrate de strontium.
  7. Utilisation selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisée en ce que le sel de métal alcalino-terreux est utilisé en une quantité allant de 0,01 à 20 % en poids par rapport au poids total de la composition.
  8. Utilisation selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisée en ce que le sel de métaux alcalino-terreux est utilisé en une quantité allant de 0,5 à 8 % en poids par rapport au poids total de la composition.
  9. Utilisation selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisée en ce que la composition contient en outre au moins un actif choisi parmi les protéines ou les hydrolysats de protéine, les acides aminés, les polyols, l'urée, les sucres et les dérivés de sucre, les vitamines, l'amidon, les extraits végétaux, les céramides, les huiles essentielles, les filtres solaires.
  10. Utilisation selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisée en ce que la composition contient en outre au moins un agent choisi parmi les agents cicatrisants, antiseptiques, antiallergiques, anesthésiques, antiviraux, anti-inflammatoires non stéroïdiens, les antagonistes de neuropeptides et les antagonistes de médiateur de l'inflammation, autres que le sel.
  11. Utilisation selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisée en ce que la composition contient en outre au moins un agent choisi parmi les antagonistes de substance P et les antagonistes de CGRP.
  12. Utilisation selon la revendication 10 ou 11, caractérisée en ce que l'antagoniste de neuropeptide est un antagoniste réceptoriel.
  13. Utilisation selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisée en ce que la composition se présente sous une forme appropriée à une application topique.
  14. Utilisation selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisée en ce que la composition est une solution aqueuse, huileuse ou hydroalcoolique, une émulsion eau-dans-huile, une émulsion huile-dans-eau, une microémulsion, un gel aqueux, un gel anhydre, un sérum, une dispersion de vésicules, de microcapsules ou de microparticules, une poudre compactée ou coulée.
  15. Utilisation selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisée en ce que la composition est sous forme de gel, de crème ou de pommade pour le traitement des prurits et/ou dysesthésies palpébraux.
  16. Utilisation selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisée en ce que la composition est sous forme de collyre pour le traitement des prurits et/ou dysesthésies oculaires.
  17. Procédé de soin ou de maquillage des yeux sensibles, consistant à appliquer sur les paupières, les cils ou sous les yeux une composition cosmétique contenant au moins un sel d'au moins un métal alcalino-terreux dans un milieu cosmétiquement acceptable.
  18. Composition cosmétique, pharmaceutique ou dermatologique pour yeux sensibles, contenant, dans un milieu cosmétiquement, pharmaceutiquement ou dermatologiquement acceptable, au moins un métal alcalino-terreux et au moins un antagoniste de neuropeptide et/ou au moins un antagoniste de médiateur de l'inflammation.
  19. Composition selon la revendication 18, caractérisée en ce que sel de métal alcalino-terreux est choisi parmi les chlorures, carbonates, borates, nitrates, acétates, hydroxydes, sulfates, acides de fruits et acides aminés de baryum, de calcium, de magnésium, de strontium et de béryllium.
  20. Composition selon la revendication 18 ou 19, caractérisée en ce que le sel de métal alcalino-terreux est choisi parmi le nitrate de calcium ou de magnésium, le borate de calcium ou de magnésium, le chlorure de calcium ou de magnésium et l'acétate de calcium ou de magnésium.
  21. Composition selon l'une des revendications 18 à 20, caractérisée en ce que le sel de métal alcalino-terreux est un sel de magnésium ou de strontium.
  22. Composition selon l'une des revendications 18 à 21, caractérisée en ce que le sel est le chlorure ou le nitrate de strontium.
  23. Composition selon l'une quelconque des revendications 18 à 22, caractérisée en ce que le sel de métaux alcalino-terreux est utilisé en une quantité allant de 0,5 à 8 % en poids par rapport au poids total de la composition.
  24. Composition selon l'une quelconque des revendications 18 à 23, caractérisée en ce que le sel de métaux alcalino-terreux est utilisé en une quantité allant de 0,5 à 8% en poids par rapport au poids total de la composition.
  25. Composition selon l'une quelconque des revendications 18 à 24, caractérisée en ce que la composition contient en outre au moins un actif choisi parmi les protéines ou les hydrolysats de protéine, les acides aminés, les polyols, l'urée, les sucres et les dérivés de sucre, les vitamines, l'amidon, les extraits végétaux, les céramides, les huiles essentielles, les filtres solaires.
  26. Composition selon l'une quelconque des revendications 18 à 25, caractérisée en ce que la composition contient en outre au moins un agent choisi parmi les agents cicatrisants, antiseptiques, antiallergiques, anesthésiques, antiviraux, anti-inflammatoires non stéroïdiens.
  27. Composition selon l'une quelconque des revendications 18 à 26, caractérisée en ce que l'antagoniste de neuropeptide est choisi parmi les antagonistes de substance P et les antagonistes de CGRP.
  28. Composition selon l'une quelconque des revendications 18 à 27, caractérisée en ce que l'antagoniste de neuropeptide est un antagoniste réceptoriel.
  29. Composition selon l'une quelconque des revendications 18 à 28, caractérisée en ce que la composition se présente sous une forme appropriée à une application topique, injectable ou ingérable.
  30. Composition selon l'une quelconque des revendications 18 à 29, caractérisée en ce que la composition est une solution aqueuse, huileuse ou hydroalcoolique, une émulsion eau-dans-huile, une émulsion huile-dans-eau, une microémulsion, un gel aqueux, un gel anhydre, un sérum, une dispersion de vésicules, de microcapsules ou de microparticules, une poudre compactée ou coulée.
  31. Composition selon l'une quelconque des revendications 18 à 30, caractérisée en ce que la composition se présente sous forme appropriée à une application topique.






IPC
A Täglicher Lebensbedarf
B Arbeitsverfahren; Transportieren
C Chemie; Hüttenwesen
D Textilien; Papier
E Bauwesen; Erdbohren; Bergbau
F Maschinenbau; Beleuchtung; Heizung; Waffen; Sprengen
G Physik
H Elektrotechnik

Anmelder
Datum

Patentrecherche

Patent Zeichnungen (PDF)

Copyright © 2008 Patent-De Alle Rechte vorbehalten. eMail: info@patent-de.com